Taille mannequin
on 5 mars 2015 Actualités and Mots-clés : with 0 comments

Grande, et vous ?

Eh oh ! Qui est l’auteur de cette idée saugrenue qu’une femme mesurant plus de 1,80 m est « anormalement grande », à notre époque ? Serait-ce quelqu’un sur lequel les grandes doivent baisser les yeux pour discuter ?

Est-ce trop demander à la population de réfléchir avant d’ouvrir la bouche ? Il ne faut pas l’oublier, la liberté d’expression a un prix. Si la cible de vos railleries douteuses est fragile psychologiquement, ses réactions peuvent avoir de graves répercussions : soit elle peut décider de se suicider, soit elle peut commettre le pire à votre encontre. Les récents événements en sont d’ailleurs la preuve…

grande, et vous ?

Constat d’une grande

Croyez-le ou non, mais à chaque fois, ce sont des personnes de sexe féminin, de taille inférieure à la mienne, qui se tournent sur mon passage, chuchotent et ricanent. Si la bêtise était payante, elles seraient millionnaires : le font-elles exprès ou est-ce naturel ?

Mesdemoiselles, Mesdames, je souris en vous voyant porter des talons vertigineux. Ne seriez-vous pas envieuses, finalement ? Mais si, sans quoi vous ne choisiriez pas cet artifice pour grandir ! Non ? C’est pour être élégante ? Fabuleux ! Les grandes le sont donc naturellement… :)

Souvenirs d’une grande

A 10 ans, malgré ma grande taille, j’étais une enfant gaie et j’adorais sautiller. En 1983, lorsque je suis entrée au collège, je mesurais 1,79 mètre pour 60 kg. De nombreux sobriquets ont commencé à marquer mon adolescence. Même si je me voûtais dans la cour de récréation, c’était pure utopie de croire que j’allais rapetisser.

Est-ce dû à la génétique… ou à la soupe ?

Mon grand-oncle était certainement considéré comme un « géant », car il atteignait 2,05 m. Mes parents étaient tantôt séparés par 10 ou 20 cm. Rien d’alarmant en soi pour qui n’a pas rencontré le couple : 1,62 m pour le chef de la maison et 1,72 m pour la cuisinière émérite !

Pourquoi étais-je grande ? Qu’avais-je fait pour mériter ce châtiment ? Était-ce dû à cette succulente soupe que j’adorais ? Quels ingrédients mes parents ajoutaient-ils dans mon assiette pour créer cette différence de taille avec mon frère et ma sœur ? Je sais, j’en mangeais plus qu’eux, mais cet abus n’explique pas un tel écart ! :)

Un duo, la tête dans les nuages

Avec mes 182,5 cm, je continue à attirer les regards. Mais qu’importe ma taille ? Je suis un être humain avec des sentiments. Si quelqu’un distille son venin à mon encontre, c’est risquer une répartie cinglante. Selon mon humeur, soit je tance vertement la langue de vipère, soit je reste imperméable aux critiques niaiseuses. J’essaye de rester zen car mieux vaut être grande plutôt que petite d’esprit.

Dans un monde où l’apparence des femmes est sans cesse scrutée et critiquée, je suis heureuse d’avoir à mes côtés un homme qui me dépasse d’une bonne tête. Eh oui ! Ce critère faisait partie du cahier des charges pour me permettre de porter des chaussures à talons. Nous formons donc un couple de géants dans un monde de petits. (Rires)

Quels sont les complexes d’une grande ?

Par le passé, mes quelques centimètres de trop ont inévitablement provoqué des dommages quant à la construction de mon identité. Mon manque de confiance a été généré par le regard dévalorisant des individus. Ils me jaugeaient de haut en bas, comme si j’appartenais à une espèce curieuse. Chaque rencontre était synonyme de gêne, tension, mal-être. A cause d’eux, j’avais envie de disparaître de la surface de la Terre…

Quel est mon « handicap » par rapport à ma taille ? Mes pieds ! Autant à Lyon, je trouvais chaussure à mon pied ; autant en province, le lèche-vitrines était devenu un marathon pour dénicher un bel escarpin ou une bottine seyante en 42. En janvier 2014, mes orteils ont fini par se décrisper après avoir découvert un site marchand (http://www.sacapuce.fr) dédié aux grandes pointures.

Toutes les femmes éprouvent des complexes… Quoi qu’il en soit, rien n’y changera : la grande ne va pas s’asseoir dans un fauteuil roulant, pour ressembler à madame tout le monde – sa différence fait son charme.

La discrimination touche tout le monde

Se moquer atteste de la crétinerie, mais également d’un manque de sensibilité. A mon avis, ce type de comportement signifie que le persifleur doit être mal dans ses baskets. Il devrait balayer devant sa porte, car personne n’est exempt de « défaut ».

Quand on parle de discrimination, il ne faudrait pas oublier la taille : le manque d’ouverture d’esprit de certains ne touche pas uniquement la couleur de peau, la nationalité, le handicap, etc.

Ces personnes s’estiment-elles « normales » parce qu’elles mesurent entre 1,65 et 1,72 mètre ? Si elles étaient traitées de « nains de jardin », ne se sentiraient-elles pas insultées ? Apprécieraient-elles ce commentaire tous les jours ?

Blesser par plaisir semble être devenu un sport international. Personnellement, je ne souhaite pas intégrer une telle équipe, même si les supporters sont nombreux.

Des hormones contre la croissance ?

Quelle est la solution pour les grandes ? Subir des interventions ou des traitements à l’adolescence, comme le montrait le reportage sur Arte ?

Je m’inquiète quant aux conséquences que ces choix peuvent avoir sur leur corps dans quelques années. Lorsque je constate les effets secondaires que des injections d’hormones pour une fécondation in vitro ont eus sur moi, je croise les doigts pour que ces jeunes filles n’aient pas à regretter leur décision.

Respecter son prochain, même s’il est différent !

Inconnu(e) qui lisez mon article, remarquez l’effet destructeur de votre manque de respect et de vos regards malintentionnés : ces grandes jeunes filles n’hésitent pas à mettre leur vie en danger pour vous ressembler physiquement. Certainement pas moralement, car elles, elles ont un grand cœur !