Philae et Hayabusa 2
on 27 novembre 2014 Sciences - Espace - Technologies and Mots-clés : with 0 comments

Philae, Hayabusa, ces robots de l’espace

La thématique de cet article porte sur ces machines envoyées dans l’espace. Je me lance dans l’écriture de ce sujet, notre sténotypiste de débats appréciant les documentaires sur l’univers et ses mystères. Je ne suis pas certaine de faire planer les néophytes, mais il en faut pour tous les goûts, n’est-ce pas ? J’ai épluché quelques revues spécialisées sur les confins du Cosmos pour rédiger ce billet de blog, car autant éviter les coquecigrues lors de la communication d’un événement. De fait, les prosélytes et experts ne devraient pas être offusqués par cette chronique.

Le périple de Hayabusa 2

Le lancement de Hayabusa 2 de la base de Tanegashima (Japon) est annoncé le 30/11/2014. En juillet 2018, Hayabusa 2 devra étudier l’astéroïde 1999 JU3 (roc de 900 m de long riche en éléments carbonés). L’accompagnement durera 18 mois avec un programme chargé. Sa mission sera de larguer l’atterrisseur Mascot, qui analysera la nature du sol, la composition, la température, etc., dans les viscères de l’astre. L’objectif de Hayabusa 2 sera de rapporter les échantillons sur Terre en 2020. Une réplique complète de l’astéroïde sera dressée par trois rovers (Miverva) qui exploreront d’autres sites. Ce type d’astre participant à la formation des planètes, les chercheurs espèrent mieux les connaître en réalisant cette mission. Tel Philae, Hayabusa 2 est alimenté en énergie par des panneaux solaires.

asteroide_sonde_Philae

Qui est Philae ?

Si vous ne suivez pas l’actualité du CNES, vous ne pouvez pas le savoir. Je ne présenterai pas ses caractéristiques techniques, mais je peux vous dire que c’est le premier voyageur terrestre à avoir posé trois pieds sur une comète le 12/11/2014.

Récit de l’odyssée de Philae

Après dix ans de voyage et 64 milliards de km parcourus, sans avoir traversé l’Atlantique, Philae fait partie des grands explorateurs de l’histoire.
Vissé à la sonde Rosetta, le petit robot Philae a quitté la terre en 2004 sur les épaules de la fusée Ariane 5, tremplin nécessaire pour être propulsé dans les cieux.
En mars 2005, le duo est repassé pour la première fois près de la Terre ; une deuxième fois en novembre 2005 puis un troisième tour a été effectué en 2009 pour aider Rosetta à accélérer dans le système solaire.
Il leur fallait en effet atteindre une vitesse de 65 000 km pour pouvoir accompagner la comète Tchourioumow-Guérassimenko dans sa course. Pour ce faire, à chaque passage près de la Terre ou de Mars, la sonde Rosetta se retrouvait liée à la planète, grâce à l’attraction gravitationnelle.
En novembre 2009, Philae et sa compagne Rosetta prenaient enfin la direction de « Tchouri ».

Le 6/08/2014, la comète se trouvait à environ 100 km de leur objectif :

  • La première mission de Rosetta a été de décrire une trajectoire au-dessus de Tchouri, afin de s’en rapprocher ;

  • Sa deuxième mission a été de photographier la comète sous tous les angles pour trouver à Philae un point de chute plat, élevé et ensoleillé (ses panneaux doivent en effet recevoir quotidiennement une ration de photons pour recharger ses batteries).

Le 21/08/2014, le petit cortège était séparé de Tchouri de 50 km. La comète était finalement plus massive que les estimations des chercheurs (elle pèse 10 milliards de tonnes et mesure 5 km par 3).
Le 10/10/2014, survol de l’astre à seulement 10 km. Le site d’atterrissage a été cartographié par les ingénieurs.
Le 11/11/2014, Philae et Rosetta étaient à 525 millions de km du Soleil. Sous l’effet de la chaleur, la glace que contient Tchouri risquant de passer de l’état solide à l’état vapeur, il ne fallait pas tarder sous peine que Philae soit éloigné de son site d’appontage, voire expédié dans l’espace.
Le 12/11/2014 à 16 h 32 en France métropolitaine, Philae a atterri proche de l’endroit prévu. Avant de s’éteindre, Philae a communiqué des résultats de plusieurs instruments. Pour lire des informations complémentaires, rendez-vous sur le blog Rosetta du CNES.

Tour de contrôle à vous Philae

Le moindre mouvement de Philae a été suivi par le centre de contrôle de Cologne (Allemagne), en léger différé. En effet, 30 minutes sont nécessaires pour qu’une information envoyée par les contrôleurs sur Terre parvienne à Philae, et autant pour que ces derniers aient confirmation de son exécution.